EN BREF

26 novembre : Réunion des directeurs financiers des Caisses Régionales du Crédit Agricole

Didier Davydoff a présenté le 26 novembre 2017 les dernières tendances de l’épargne et les travaux de l’OEE aux directeurs financiers du Groupe Crédit Agricole, réunis par la Fédération Nationale de Crédit Agricole.

Consulter la présentation

17 novembre : Réunion Finkit

L’OEE participe au projet « Education financière : un outil clé pour améliorer le cycle de vie ».

FinKit, financé par la Commission européenne dans le cadre du programme Erasmus +, a débuté en novembre 2015 et durera trois ans. L'étude est réalisée par un réseau d'institutions européennes comprenant: CeRP-Collegio Carlo Alberto de l’univsersité de Turin (institution leader), l’OEE,, la Confédération espagnole des centres éducatifs, espagnols (CECE) l'Institut polytechnique de Setúbal (Portugal) et l'Ufficio Pio de la Compagnia di San Paolo (Italie).

Le projet débouchera sur la production d’outils fiches, vidéos, plaquettes thématiques) mis à la disposition des travailleurs sociaux, des formateurs / coaches / bénévoles, des développeurs de programmes, des agences de développement local et des acteurs financiers à contribuant à l’éducation financière de leurs publics. Les parties prenantes au projet s’appuient sur les études de finance comportementale pour définir des outils adaptés à chaque type de public, en particulier les personnes âgées.

Le 17 novembre 2017, l’OEE a participé à une conférence internationale organisée  à Turin dans le cadre du projet et au cours de laquelle des expériences diverses de programmes d’éducation financière mis en place par des associations ou des collectivités locales ont été présentés.

Visiter le site web

8 novembre : Rencontre du Club des Investisseurs de Long Terme

Jacques de Larosière, Président de l’OEE, a dressé la conclusion d’un colloque organisé à Paris le 8 novembre 2017 par le Club des Investisseurs de Long Terme « Pour un capital stratégique national ». A l’aide des statistiques de l’OEE, il a démontré que l’épargne française est abondante mais insuffisamment orientée vers les actions.

Lire la conclusion de Jacques de Larosière

3 novembre : Conseil d’administration EFBS

Le 3 novembre 2017 à Bucarest, Didier Davydoff, directeur de l’OEE, a fait une présentation au conseil d’administration de la European Federation of Building Societies, intitulée « The future of the EU: Visions by Jean-Claude Juncker and Emmanuel Macron ». Il a exposé les convergences entre les deux visions, rendues publiques en septembre 2017, à travers le discours sur l’état de l’union (Jean-Claude Junker) et le discours de la Sorbonne (Emmanuel Macron).

Consulter la présentation

31 octobre : Journée mondiale de l’épargne

L’Association Professionnelle des Banques et des Établissements Financiers algériens (AFEB) a annoncé la création d’un Observatoire National de l’Epargne.

Le  31 octobre 2017, à l’occasion de la Journée mondiale de l’épargne, Didier Davydoff, directeur de l’OEE, a partagé avec la communauté financière algérienne l’expérience de l’OEE dont pourrait s’inspirer l’observatoire algérien.

L’épargne domestique reste élevée en Algérie mais elle est en baisse et les banques s’efforcent de mobiliser une épargne des ménages plus élevée pour assurer le financement des investissements dont le pays a besoin.

La Caisse Nationale d’Epargne et de Prévoyance (CNEP Banque), principale banque de détail algérienne, inaugurait le même  jour ses nouveaux locaux en présence des ministres des finances et de l’habitat. Son livret d’épargne est distribué par les agences de la CNEP et les guichets de La Poste. Chaque famille algérienne détient un livret (7 millions de détenteurs). L’épargne préalable sur un livret permet de bénéficier de taux préférentiels sur le crédit logement. Pour mobiliser l’épargne, les Pouvoirs Publics s’efforcent aussi de mettre en œuvre le droit au compte, inscrit dans la loi depuis 2010.

Consulter la présentation

Août : Tableau de bord de l’épargne en Europe N°34

L’OEE a publié en août un nouveau Tableau de bord de l’épargne, document compilant les principaux indicateurs et dernières tendances des comportements d'épargne.

Vue générale :

Les tendances de l’environnement financier de l’épargne identifiées fin 2016 se sont prolongées début 2017 dans la Zone euro : les taux d’intérêt se stabilisent à des niveaux très bas. La hausse des bourses a continué d’enrichir les ménages, minoritaires dans la Zone euro, qui détiennent des actions directement ou à travers l’intermédiation de sociétés de gestion ou d’assurance. Les revenus salariaux progressent dans un monde presque sans inflation. La situation est tout autre au Royaume-Uni après le Brexit. Ayant constaté que l’économie ne s’effondrait pas après le vote fatidique, les Britanniques ont retrouvé la confiance, voire une certaine euphorie si l’on en juge pas la hausse de la consommation. Mais parallèlement, les revenus réels, rognés par l’inflation et des impôts plus lourds, stagnaient ou baissaient. L’équation ne pouvait se résoudre que par une hausse du crédit, comme de coutume au Royaume-Uni. Mais ce pays ne s’écarte là pas complètement de pays comme la France et l’Allemagne où le crédit à l’habitat se répand. Le crédit à la consommation se répand, porté en particulier par les opérations de location d’automobiles avec option d’achat. Ces dernières accompagnent dans la plupart des pays par la hausse des immatriculations, mais au Royaume-Uni plus qu’ailleurs.

Dans la Zone euro, les taux d’épargne ne sont toujours que peu affectés par la politique monétaire de la BCE. Au Royaume-Uni, ils sont négatifs dans une approche en trésorerie des revenus et de la consommation.

Les encours de produits d’épargne de bilan bancaire continuent de stagner ou de reculer dans une majorité de pays. La France et son épargne réglementée parfaitement liquide toujours rémunérée à 0,75% font exception. On note aussi que l’épargne logement semble séduire : En France, grâce à une rémunération qui reste, en tout cas pour le stock de PEL déjà ouverts, plus élevée que les taux de marché. En Allemagne, également où l’enquête périodique de l’association des caisses privées de crédit immobilier (Verband der privaten Bausparkassen) révèle que les projets d’acquisition du logement sont une motivation grandissante de l’acte d’épargne, alors que les motivations patrimoniales, durablement déviées par la défiance engendrée par la crise financière de 2008, sont devenues minoritaires.

La détention directe de titres n’a pas encore redémarré. Même en Italie, où pourtant les particuliers ont longtemps détenus d’importants portefeuilles d’obligations, la société d’étude Prometeia estime que l’allègement des portefeuilles obligataires des ménages va se poursuivre au profit de toutes les formes d’actifs gérés par des professionnels.

Sur le plan réglementaire, la mise en vigueur de la directive Solvabilité 2 a modifié le mode d’évaluation des provisions techniques d’assurance. Surtout, elle a incité les intermédiaires à promouvoir les supports en unités de compte au détriment des contrats en euros, trop lourds en fonds propres et coûteux lorsque les actifs ont une performance inférieure aux taux garantis ou espérés par les épargnants.

Le paysage de l’épargne retraite évolue aussi, mais en ordre plus dispersé. L’affiliation automatique des salariés à un fonds de pension continue de se déployer au Royaume-Uni et se traduit par un supplément d’épargne financière significatif. Les Italiens ont aussi prévu la possibilité d’une affiliation automatique par des accords de branche, mais l’effet en est plus limité car seuls les employeurs, pas nécessairement les salariés, doivent cotiser en application de ces accords. Les attitudes sur l’âge légal de la retraite divergent aussi : Alors qu’en France le projet d’une retraite « par points » s’accompagne de la promesse de ne pas modifier l’âge légal de la retraite, en Italie au contraire, qui a pourtant aussi opté par un système par points qui a inspiré le projet français, l’âge légal de la retraite a été porté à 66 ans et sept mois ans pour garantir la pérennité de la retraite par répartition. Concernant la retraite par capitalisation, le législateur belge empêche désormais les affiliés de faire valoir leurs droits de retraite plus tôt que l’âge légal alors que, au contraire, les Italiens mettent en place une option de sortie anticipée pour motiver les épargnants dans la période d’accumulation.

Consulter ce nouveau Tableau de bord de l'Epargne

Juillet : Cahiers de l’OEE N°5

L’OEE a publié en  juillet sa quatrième édition des Cahiers de l’OEE.

Cette revue présente des travaux descriptifs ou normatifs réalisés par les membres et/ou par l’équipe de l’OEE.

Au sommaire de ce numéro :

- Les comportements financiers des Européens pendant la crise

André Babeau, Professeur émérite des universités

- Italians are no Longer Bond People (version anglaise uniquement)

Lea Zicchino, Prometeia, Andrea Alemanno, Ipsos Italia

Lire la dernière édition

3 juillet : Assemblée Générale OEE

Le 3 juillet, les membres de l’OEE se sont réunis en Assemblée Générale sous la présidence de Jacques de Larosière.

L’assemblée a pris connaissance du rapport de gestion du conseil d’administration, approuvé les comptes de l’association de l’exercice 2015-2016 et a sélectionné deux  projets de recherche parmi ceux qui lui ont été proposés en réponse à son appel d’offres 2017.

Les participants ont pris connaissance de l’avancement des recherches en cours, lancées à la suite des précédents appels d’offres. Un Briefing Paper de Mary Pieterse-Bloem sur la liquidité du marché obligataire ainsi que les études auxquelles a participé l’équipe de l’OEE ont aussi été communiqués aux participants :

- L’étude « Financial Guidance » réalisée sous la conduite de l’OEE pour la Commission européenne et le Financial Service User Group (FSUG) ;

- L’étude  « Pension Savings, the real return » de l’association BetterFinance ;

- Le Panorama institutionnel France de l’AF2I ;

- Le projet « FINKIT », conduit sous la direction du Professeur Elsa Fornero (Université de Turin).

20 juin : Présentation d’une étude par Elsa Fornero

Elsa Fornero, ancienne ministre du travail et des affaires sociales du gouvernement italien, était invitée le 20 juin par l’OEE à présenter une étude intitulée  « Voting in the aftermath of a pension reform: the role of economic-financial literacy » dans les locaux de l’Association Française de Gestion (AFG).

L’étude démontre que les réformes économiques sont d’autant mieux acceptées que le niveau d’éducation économique et financière de la population est élevé.

Consulter la présentation

13 juin : Séminaire sur la guidance financière

Better Finance, BEUC et l'Observatoire de l'Epargne Européenne (OEE) organisent le 13 juin prochain à Bruxelles un séminaire sur la guidance financière.

L'orientation financière est un processus consistant à déterminer les objectifs financiers de l'individu, les objectifs dans la vie et les priorités de la vie et après avoir examiné ses ressources, son profil de risque et son mode de vie actuel, pour détailler un plan équilibré et réaliste pour atteindre ces objectifs.

L'orientation financière fournit une stratégie détaillée adaptée à la situation spécifique d'un consommateur, pour répondre aux objectifs spécifiques du consommateur couvrant divers aspects de la finance personnelle, notamment la gestion des flux de trésorerie, la planification de l'éducation, la planification de la retraite, la planification des investissements, la gestion des risques et la planification de l'assurance, la planification fiscale, la succession La planification et la planification de la relève, mais exclut la recommandation d'acheter un produit financier particulier.

Les représentants des autorités de surveillance (FSMA), de la Commission européenne, des organisations financières et des consommateurs discuteront des résultats d'une étude sur l'accès à une orientation financière globale pour les consommateurs et débattront des conditions nécessaires à l'orientation financière lors d'une table ronde.

Consulter la page de l’événement

23 & 24 Mai : 15ème conférence internationale sur les pensions, assurances et épargne 

L’Université Paris-Dauphine organise, en collaboration avec la Smith School of Enterprise and the Environment de l’Université d’Oxford, la 15ème conférence internationale sur les pensions, assurances et épargnes les 23 et 24 mai prochain à Paris.

En savoir plus

10 Mai : Lancement du 17ème Appel d’offres OEE

L’Observatoire de l’Epargne Européenne souhaite établir des contrats pour la réalisation de projets européens de recherche sur les thèmes suivants, sélectionnés par son Comité d’Orientation.

Thème 1 : Modélisation de la dynamique des revenus des ménages pour de meilleurs    conseils financiers et mesures de risque

Thème 2 : Confiance dans l’industrie financière

L’ordre de grandeur des financements habituels de l’OEE est de 10-50 k€ et les recherches sont en général limitées à un an.

Les soumissions par les équipes associant des chercheurs universitaires et des spécialistes professionnels sont particulièrement bienvenues.

Les propositions et les demandes de renseignements supplémentaires peuvent être soumises par email  à contact@oee.fr

L’échéance d’envoi des dossiers est fixée au 11 juin 2017.

Détails de l’Appel d’offres

Mai : Appel à contributions CeRP

CeRP-Collegio Carlo Alberto, CINTIA-Centro Interuniversitario Nestpar Italy et le  département de sciences économiques, sociales, mathématiques et statistiques de l’Université de Turin organisent les 19 et 20 octobre prochains un séminaire autour du thème « Financement des ménages et épargne retraite ».

L'objectif est d’alterner présentations et interactions entre chercheurs seniors et juniors travaillant sur les thématiques de  financement des ménages et de l'épargne retraite. Le séminaire s’arrêtera sur les recherches à la fine pointe de la technologie sur la gestion des risques ménagers au cours du cycle de vie.

Ils sollicitent des papiers dans le champ suivant, mais tout champ relatif pourra être considéré :

- Épargne, assurance et choix de portefeuille au cours du cycle de vie ;

- Revenu du travail et risque de chômage ;

- L'endettement des consommateurs, la détresse financière et les décisions par défaut ;

- Connaissance financière et épargne-retraite ;

- Théories basées sur les finances domestiques empiriques ;

- Planification et financement de la retraite ;

- Approches comportementales du financement ménager ;

- Avances technologiques et gestion des risques.

Le délai de soumission est fixé au 31 mai 2017.

En savoir plus

21 avril : Séminaire IODS

IODS a organisé un séminaire sur les données pour les chercheurs en finance le vendredi 21 avril 2017 à Paris à l'Hôtel de Boisgelin (75007 Paris).

Le but de ce séminaire était de présenter les bases de données financières existantes et les technologies associées ainsi que d'échanger avec les universitaires et les praticiens afin de mieux répondre aux besoins des chercheurs.

Une quarantaine de chercheurs et praticiens ont assisté et échangé lors de ce séminaire composé de trois présentations sur les données de finance d'entreprise, trois présentations sur les données des marchés financiers et une table ronde sur les besoins de données des chercheurs :

• Signaux de l'ESG : intégration des variables financières grâce à l'apprentissage par machine (Antonio Celeste, directeur des relations institutionnelles, Sustainalytics / Christophe Geissler, PDG, Advestis)

• Données de gouvernance d'entreprise, rémunération des administrateurs et assemblées générales (Loïc Dessaint, CEO, Proxinvest) ;

• Recherche empirique en Chine (Tracy Wu, Marketing Manager Asia, GTA) ;

• Données CDS pour la recherche académique (Gavan Nolan, Directeur de la Division des prix et co-directeur de la recherche sur les revenus fixes, Markit) ;

• Fonds d'investissement et données de gestion d'actifs (Jérome Couteur, Chef de produit, Broadridge & Pritpal Garcha, Product Consultant, Broadridge) ;

• Traitement des données à haute fréquence des marchés obligataires (Mary Pieterse-Bloem, Responsable mondial de la Stratégie de revenu fixe et de la gestion du portefeuille, ABN AMRO Private Banking International).

IODS a été créé par l'OEE en partenariat avec l'INSEAD, la Caisse des Dépôts, Viel Tradition et le CNRS et fournit plus de 30 bases de données à 65 centres de recherche en Europe.

Consulter les présentations

19 avril : Interview de Didier Davydoff pour Le Revenu

Le 19 avril dernier, Didier Davydoff, directeur de l’Observatoire de l’épargne, était l’invité d’Aline Fauvarque pour Le Revenu.

Aujourd’hui 6% seulement de Français détiennent des actions en direct, pour un montant de 185 milliards alors qu’en 2008 l’enquête menée chaque année par TNS Sofrès pour l’Autorité des marchés financiers (AMF) estimait la proportion des Français actionnaires à titre individuel à 13,8%.

Parmi les causes de ce déclin de la détention en direct, la fiscalité, beaucoup plus lourde sur un compte-titres en direct que dans un plan d'épargne salariale ou sur une assurance vie.

Didier Davydoff estime qu'un renouveau de l’actionnariat individuel est possible et souhaitable. A condition que la fiscalité cesse de désorienter les épargnants.

Cette interview s’inscrivait dans la continuité d’une conférence organisée en collaboration avec l’Ansa (Association Nationale des Société par Actions) le 15 mars dernier autour de l’actionnariat.

Voir l’interview

Etat des lieux et perspectives de l’actionnariat en France

Avril : IODS publie un nouvel indice patrimonial

IODS vient de publier un nouvel indice patrimonial. Cet indice mesure la performance globale de l'épargne financière des ménages au 4ème trimestre 2016. 

Lire le communiqué de presse

31 mars : clôture des candidatures au prix de thèse de la Fondation Banque de France

La Fondation Banque de France pour la recherche en économie monétaire, financière et bancaire, va décerner un prix de thèse en 2017.

Les thèses d'économie monétaire financières ou bancaires soutenues en France, entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2016, peuvent concourir à ce prix. Le jury en charge d'évaluer les candidatures est composé de personnalités désignées par la Fondation Banque de France et par le comité directeur de l'AFSE.

Ce prix, doté d’une récompense de 3000 € sera remis à l'occasion du 66ème Congrès annuel de l’AFSE (Nice, 19-21 juin 2017).

Visiter le site de la Fondation de France

23 mars : Lancement du projet FinTech

Le 23 mars, la Commission européenne (DG FISMA) a lancé une consultation publique sur FinTech.

Selon le document de consultation, la consultation est structurée selon quatre grands objectifs politiques :

1. Favoriser l'accès aux services financiers pour les consommateurs et les entreprises ;

2. Abaisser les coûts opérationnels et accroître l'efficacité de l'industrie ;

 3. Rendre le marché unique plus compétitif en réduisant les obstacles d’entrée ;

 4. Équilibrer le partage et la transparence des données avec les besoins de sécurité et de protection des données.

En savoir plus

15 mars : Etat des lieux et perspectives de l'actionnariat en France 

L'OEE et l'ANSA ont organisé mercredi 15 mars une conférence sur l’actionnariat des entreprises françaises et européennes.

Dans le Livre Blanc « Agissons d’urgence pour la croissance », publié à l’automne 2016, l’ANSA présentait plusieurs propositions en faveur du développement de l’actionnariat qui constitue un enjeu essentiel pour le financement de l’économie.

Afin d’approfondir ces travaux, Christian Schricke, délégué général de l’ANSA, a évoqué le déclin de l’actionnariat individuel en France et les mesures préconisées par l’ANSA pour y remédier.

Jacques de Larosière, président de l’OEE, a rappelé que ce sont les ménages qui financent l’économie mais que leur épargne n’est pas suffisamment dirigée vers les fonds propres des entreprises. En effet, la taxation confiscatoire de l’investissement en actions illustre la contradiction entre les discours et la réalité de la fiscalité. Les Français continuent d’épargner, mais principalement en produits bancaires. La politique monétaire de la BCE avait pour but d’augmenter la consommation des ménages et l’investissement. Mais, à la différence des Etats-Unis, en Europe le Quantitative Easing de la Banque Centrale n’a pas eu comme effet d’orienter l’épargne vers les actions. Dès lors, les ménages n’ont pas bénéficié d’effets de richesse qui auraient pu les inciter à consommer plus. Finalement, ce sont donc surtout les États en déficit qui ont bénéficié du Quantitative Easing en se finançant à bas coût.

Xavier Delsol, avocat associé chez Delsol Avocats, et Virginie Seghers, présidente de PROPHIL, ont présenté la première étude européenne sur les fondations actionnaires. Alors que celles-ci sont nombreuses et puissantes dans plusieurs pays européens, (Allemagne, Danemark, Suède,…), il n’existe en France que quatre fondations actionnaires majoritaires ou de référence. Les auteurs formulent plusieurs propositions pour permettre leur développement.

Didier Davydoff, directeur de l’OEE, a quant à lui présenté les travaux de l’Observatoire sur l’actionnariat en Europe. Il a présenté des statistiques sur l’investissement en actions, direct et indirect (via les fonds d’investissement, l’assurance vie et les holdings familiales). Il a montré que le poids des entreprises non financières dans l’actionnariat des autres entreprises s’est accru, car les groupes d’entreprises de toutes tailles représentent une part croissante de l’économie française. Il a aussi présenté de nouvelles statistiques sur l’origine géographique des investisseurs étrangers en actions françaises.

Consulter les présentations

2 mars : Agora de la gestion organisée par l'AFG et l'Institut Louis Bachelier

André Masson, chercheur à la Paris School of Economics, a présenté le 2 mars 2017 les résultats de son papier co-écrit avec Luc Arrondel, “How to explain and remedy the continuous drop of stock ownership since 2008?”.

Selon les auteurs, la baisse inexorable de l’actionnariat individuel en France depuis la crise financière de 2008 ne peut pas s’expliquer par des facteurs d’offre et de demande, mais par des mécanismes beaucoup plus complexes.  Pour étudier ces  mécanismes, les auteurs se sont servis des différentes vagues (2007-2009-2011-2014) de l’enquête PATER (Préférences vis-à-vis du Risque et du Temps). Ces enquêtes ont permis de mesurer les préférences d’un panel d’épargnants, notamment vis-à-vis du risque.

Pour en savoir plus :

  1. Les épargnants français dans la « grande récession » : préférences, anticipations et choix de portefeuille. Rapport pour l’institut CDC pour la recherche, février 2016
  2. How to explain & remedy the continuous drop of French stock ownership since the 2008 crisis?, presentation du 4 novembre 2016 lors de la conférence “The Future of Savings”, co-organisée par Axa et la Banque de France

2 mars : Quels défis 2017 pour les systèmes de retraite professionnelle ?

Jeudi 2 mars, L'OEE et Amundi ont organisé à la Banque de France une conférence sur la couverture du risque de longévité.

Les  chercheurs des universités de Tilburg (Pays-Bas) et de Paris-Dauphine (France) ont réalisé pour l’OEE une étude comparant les solutions de gestion du risque de longévité à la retraite. L’étude compare la mutualisation du risque entre les membres d’un fonds de pension avec un contrat de rente fourni par le marché. Les auteurs concluent que la mutualisation du risque par un fond de pension apporte aux membres de ce dernier une utilité supérieure car le niveau de prime que sont prêts à payer les assurés est insuffisant pour rémunérer le capital engagé pour la couverture du risque de longévité.

Après une présentation de l’étude scientifique par Marie Brière (Amundi, Université Paris Dauphine et Université Libre de Bruxelles) et Ling-Ni Boon (Université Paris Dauphine et Université de Tilburg), des solutions pratiques de retraite professionnelle ont été présentées par Philippe Serceau, Responsable Conseil ESR, Gestion de projets, Support développement international d’Amundi.

Consulter les présentations

7 février : Table ronde sur la promotion de l'investissement des épargnants sur les marchés financiers

Dans le cadre de l'examen à mi-parcours du plan d'action « Capital Market Union » (CMU), la Commission européenne a organisé à Bruxelles, le 7 février 2017, une table ronde sur la promotion de l’investissement des épargnants sur les marchés financiers.

Cette table ronde a rassemblé plus de 45 représentants d'investisseurs de détail, de superviseurs nationaux et européens, de l'industrie et d'autres acteurs du marché intéressés. Elle a permis à la Commission d'obtenir des commentaires ciblés sur des questions spécifiques pour éclairer sa réflexion sur l'examen du plan d'action de la CMU. L’OEE était représentée par son directeur, Didier Davydoff.

Minutes de la table ronde

10 janvier : L’AFG publie un Livre Blanc de l’épargne retraite

Dans ce Livre Blanc, L’AFG propose 3 mesures phares pour renforcer l’épargne retraite en France :
 

  1. Créer un nouveau produit individuel de retraite à destination d’un public large avec une sortie possible en capital ;
  2. Renforcer le développement de l’épargne retraite d’entreprise et notamment du PERCO ;
  3. Améliorer l’information des Français sur leur future retraite et les moyens de compléter les régimes par répartition.

Consulter ce Livre Blanc

Janvier : La Caisse des Dépôts publie Questions Retraite & Solidarité N°17

La Caisse des Dépôts publie un nouveau numéro de Questions Retraite & Solidarité consacré au fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l’Etat (FSPOEIE) et à sa situation démographique spécifique.

Ce régime de retraite spécial a été institué par la loi du 21 mars 1928, afin de créer un cadre commun à l’ensemble des ouvriers de l’Etat. Aujourd’hui, ce régime n’affilie que très peu de nouveaux cotisants et la plupart des affiliés arrivent à l’âge de la retraite. En 2015, le rapport démographique du FSPOEIE s’établit à 0,3 cotisants pour un retraité. A réglementation constante et sans nouveaux recrutements, le régime ne disposerait plus de cotisations à l’horizon de 2050.

Lire Questions Retraite et Solidarité N°17

Janvier : Tableau de bord de l’épargne en Europe N°33

L’OEE vient de publier son nouveau Tableau de bord de l’épargne, document compilant les principaux indicateurs et dernières tendances des comportements d'épargne.

Préambule :

Les politiques monétaires non conventionnelles diminuent le rendement de l’épargne financière des ménages européens. Les taux servis sur les produits d’épargne bancaire et d’assurance vie en euros ont encore baissé en 2016. Les marchés d’actions, en baisse depuis deux ans, ne se sont redressés qu’au dernier trimestre 2016. Madrid, Bruxelles et surtout Milan, pénalisés par les valeurs bancaires, terminent l’année 2016 en baisse par rapport à fin 2015.

Les revenus distribués sont en hausse dans l’ensemble des pays. Les plus fortes hausses ont été enregistrées en Allemagne, au Royaume-Uni, grâce à des hausses de revenus salariaux et en Belgique à grâce des allégements de l’imposition sur les revenus. Au Royaume-Uni,  la  hausse  des  revenus  a alimenté  une  hausse  de  la  consommation  suite  aux  craintes  du Brexit et le taux d’épargne est en baisse  dans ce  pays. Dans les pays de la zone euro, les taux d’épargne se maintiennent à des hauts niveaux.

Les  placements financiers restent fournis, mais sont en légère  baisse  en Allemagne  et en France. La hausse  des  placements  financiers  en  Espagne  et  en  Italie  reste  à  confirmer : le  gonflement  des comptes courants et des fonds d’investissement peut annoncer une hausse de la consommation ou se transformer en une épargne durable.

Les encours de produits d’épargne bancaires de bilan sont en baisse. Contraintes par la politique monétaire des banques centrales, les banques ont abaissé la rémunération de leurs produits. Avec le retour de l’inflation au Royaume-Uni et en Allemagne en fin d’année, de nombreux produits ont une rémunération négative en termes réels.

En  Italie, la défiance à l’égard des banques s’ajoute à cette tendance européenne et le retrait des comptes, livrets et obligations bancaires s’accélère au profit des fonds d’investissement et de l’assurance vie.

Les contrats d’assurance-vie garantis conservent encore leur avantage, mais leur rentabilité diminue progressivement. On n’observe pas de transferts importants vers des contrats en unités de compte. Plus généralement, les épargnants n’ont pas, dans leur grande majorité, cherché à améliorer leurs performances financières en se portant directement ou indirectement sur les actions.

Au total, les mesures de politiques monétaires non conventionnelles n’ont ainsi pas (encore) eu les effets escomptés sur les comportements d’épargne.

En revanche, la baisse des taux d’intérêt des crédits habitat a permis de compenser la hausse des prix de l’immobilier, notamment en Allemagne et en Belgique. En Italie et en France, les ménages ont pu profiter à la fois d’une hausse modérée des prix de l’immobilier et d’un coût du crédit  au  plus  bas. Seuls  les  ménages  britanniques  ont  été  pénalisés  par  des  taux  restant  à  des  niveaux  relativement élevés et la cherté des biens. Dans tous les pays sous revue, le crédit à consommation est reparti à la hausse en 2016.

Consulter ce nouveau Tableau de bord de l'Epargne

Janvier : Vœux du directeur

L’équipe de l’OEE vous adresse ses meilleurs vœux pour l’année 2017.

Avec vous, elle continuera d’explorer l’environnement de l’épargne, les comportements des épargnants, les produits et services dont ils ont besoin.

L’Observatoire recevra en 2017 la version finale de plusieurs travaux de recherche qu’il a financés, sur des thèmes importants :

- Le rapport sur la mutualisation du risque de longévité dans les dispositifs d’épargne retraite (Universités de Tilburg et de Dauphine, Amundi) ;

- Les questionnaires MiFID et pratiques de conseil en investissement (Université de Strasbourg) ;

- Un rapport sur les changements des canaux de distribution des produits d’épargne et de prêts (Université Goethe de Francfort).

Chacun de ces travaux fera l’objet d’un séminaire ou d’une conférence, où les résultats pourront être approfondis et discutés avec les professionnels de l’épargne.

D’autres conférences de présentation des travaux de l’OEE sont programmées pour les semaines qui viennent, en particulier :

- Une conférence sur l’actionnariat des entreprises, en partenariat avec l’ANSA, nouveau membre associé de l’OEE ;

- Une conférence sur le conseil financier générique, après la remise de notre rapport sur ce thème à la Commission européenne.

Enfin, un panorama général des tendances récentes de l’épargne paraîtra chaque trismestre à travers le Tableau de Bord de l’Epargne en Europe.

Je remercie sincèrement les membres de l’OEE pour leur contribution active à la vie d’une association maintenant largement reconnue et appréciée. Nous  poursuivons notre tâche avec un enthousiasme intact, conforté par votre intérêt, votre soutien et vos marques d’amitié très appréciées.

 

Didier Davydoff

Directeur

ACTUALITÉS 2016

ACTUALITÉS 2015

ACTUALITÉS 2014

ACTUALITÉS 2013

ACTUALITÉS 2012

ACTUALITÉS 2011

ACTUALITÉS 2010-2009-2008