Indice de performance de l’épargne financière des ménages français

LObservatoire de l’Epargne Européenne (OEE) lance un indice de performance de l’épargne financière des ménages français.

La méthodologie s’appuie sur la méthodologie traditionnelle de calcul des indices boursiers et a été développée en consultation avec la Banque de France et l’AFG (tous deux membres fondateurs de l’OEE). Toutes les données source utilisées sont disponibles publiquement et proviennent de la Banque de France ou de France Assureurs.

L’indice est calculé de manière trimestrielle par IEM Finance, cabinet d’étude indépendant spécialisé dans la conception, la gestion et le calcul d’indices boursiers. L’indice est calculé sous la seule responsabilité de l’OEE et n’engage pas celle des institutions membres.

L’indice OEE de performance de l’épargne financière des ménages doit permettre :

  • de mettre en lumière la contribution de chaque classe d’actifs à la performance globale de l’épargne financière des ménages ;
  • de sensibiliser les acteurs sur l’importance de la constitution d’une épargne retraite complémentaire de long terme dans un contexte de vieillissement des populations et de réforme des systèmes de retraite publiques par répartition ;
  • de sensibiliser les épargnants sur l’importance de la diversification notamment dans un contexte de remontée de l’inflation et des taux.

Les premières simulations sur les 10 dernières années font apparaitre :

  • une performance annuelle moyenne de l’indice égale à 2,14 % sur la période ;
  • sur la même période, la valeur du patrimoine financier des ménages a cru de 3,95 % par an en moyenne, les effets de marché ayant ainsi contribué à plus de la moitié de cette croissance ;
  • en moyenne les produits de fonds propres ont contribué à près de la moitié performance de l’indice, tandis que leur poids dans l’indice était inférieur à 20% ;
  • sur 10 ans, il y a eu huit trimestres (du 2ième trimestre 2018 au 2ième trimestre 2019 et les trois premiers trimestres de 2022) pendant lesquels la croissance annuelle de l’indice était inférieure à l’inflation ;
  • les variations de poids des différentes classes d’actifs dans le portefeuille des ménages restent de faible ampleur et ont donc peu d’impact sur la performance globale de l’indice.
Chart by Visualizer